Sélectionner une page

Fédération Internationale Musique Espérance

L’ONG Fédération Internationale Musique Espérance trouve ses origines au travers de l’histoire d’un homme d’exception Miguel Angel Estrella. Il nait en Argentine dans la province de Tucuman. Très vite il présente des dispositions pour la musique. Ses professeurs lui conseillent d’aller à Paris pour perfectionner le piano. Il vient à Paris et étudie le piano avec entre autres Nadia Boulanger une pédagogue exceptionnelle elle a formé nombre de grands pianistes. Miguel Angel Estrella a fait très tôt le choix de s’engager auprès des plus pauvres et particulièrement de ceux qui sont privés du droit à l’éducation et à la culture. Mais dans les années 1970, sa vie est bouleversée. Le plan Condor est décrété par les juntes militaires en Amérique du Sud, il est arrêté et emprisonné à Montevideo en Uruguay de 1977 à 1980, interrogé et torturé. Yves Haguenauer, un ami français, lui fait parvenir un petit clavier muet pour qu’il continue à répéter en cellule. Très rapidement les politiques, intellectuels du monde se mobilisent pour obtenir sa libération. Un comité de soutien est créé et la pression exercée sur la dictature permet au pianiste d’échapper au sort tragique de ses camarades de prison : être un disparu. Ce comité est organisé autour d’Yves Haguenauer et comprend entre autres Yehudi Menuhin, Henri Dutilleux, Nadia Boulanger, Aldo Ciccolini, Yves Montand, Simone Signoret, Danielle Mitterrand, Guy Bedos, Michel Berger, qui lui dédie une chanson Diego libre dans sa tête, France Gall, l’Onu, l’Unesco…

Miguel Angel Estrella sous la torture se promet s’il s’en sort de fonder une ONG dont la vocation sera de « mettre la musique au service de la communauté humaine et de la dignité de chaque personne ; de défendre les droits artistiques des musiciens – en particulier des jeunes – et de travailler à construire la paix ». En 1981 nait Musique Espérance. Devenue Fédération Internationale Musique Espérance, elle est reconnue par l’Unesco en 1992. Elle compte aujourd’hui vingt associations en France, Belgique, Suisse, Portugal, Espagne, Cameroun, Argentine. Avec les équipes de Musique Espérance, il suscite de nombreux programmes notamment en Amérique du Sud tels que l’alphabétisation dans les prisons d’Argentine, un Centre de formations de musiciens sociaux, une maison de l’amitié dans un bidonville de Buenos Aires, la « Voix des sans Voix » qui cherche à valoriser des musiciens de grand talent, témoins de traditions authentiques dans des contrées éloignées et méconnues des circuits commerciaux.

En 2000 Miguel créé l’Orchestre pour la Paix composé de musiciens juifs, arabes, chrétiens. Cet orchestre a réalisé de nombreuses tournées en France (Colombes, Marseille, Lille, Saint-Martin-du-Tertre, Nevers, Paris (Sénat, Hôtel de Ville), Nancy, Rennes, Caen, Beauvais, Creil, Hirson), Belgique, Jordanie. Est ensuite créé Le Quatuor pour la Paix, une émanation de l’Orchestre, mais plus mobile, ils vivent tous en France.

Dans la même filiation que l’Orchestre, il va dans les quartiers difficiles dernièrement les quartiers Nord de Marseille, dans les écoles, donne des concerts, travaille avec Demos et l’Orchestre à l’École.

 

 

 

Du 24 au 29 mars 2019, La Fime a participé avec L’Orchestre Pour la Paix et Orchestre à l’École aux Rencontres de Deux Orchestre, l’un à Gardanne et à Saint-Brieuc